PRESS


POUTRESSE. 2023

  • Introduction

Poutresse est une œuvre en mouvement, conçue en cathédrale - une architecture d’images et de savoirs. Inspiré de l’art des imprimeurs du XVIe siècle, le livre magistral imaginé par Jérôme Karsenti déjoue la standardisation des machines actuelles, pour produire une constellation visuelle mêlant différents genres d’œuvres graphiques, des posters, imprimé en offstet et sérigraphie. Au cœur de l’œuvre, le lecteur découvre le texte d’une pièce de théâtre, où se trame l’histoire impudique d’un couple de termites qui dévore les poutres gravées du château de Montaigne. A l’âge de la transmission numérique du savoir que reste-t-il de l’expérience humaniste ? De quoi se souvient-on ? Par quels biais se diffuse la connaissance et comment se perpétue-t-elle ? Jérôme Karsenti, tel un sismographe, (dés)articule les interrogations sur la connaissance, son accès et sa digestion. Poutresse est un objet sculptural qui danse entre les mains du lecteur, invité à le manipuler pour y explorer les souterrains polyphoniques et poétiques du langage créé par J. Karsenti. Au gré des plis des pages et des surprises optiques, le lecteur plonge dans les méandres d’une subtile recherche sur soi, un questionnement de sa perception du monde, et l’élaboration d’une œuvre indéfiniment ouverte.

  • Pourquoi dévorer Montaigne ?

Pourquoi dévorer Montaigne (plutôt qu’un autre), cet auteur canonique qui hante la mémoire collective, et en quoi sa prose cavalière touche-t-elle encore ? Car pour savourer une parodie comme Poutresse, exercice qui est tout autant hommage, pied de nez et corps à corps avec celui qu’elle vise, il faut en connaître la source, ou du moins savoir la situer dans une géographie culturelle. L’auteur Jérôme Karsenti a vécu pendant plus de 15 ans avec une des plus grande spécialiste de Montaigne, DB. Il a dévoré ses articles, sa thèse, Equivoques de la pudeur éditée chez DROZ est devenue Equinoxes de la Stupeur, premier livre de la collection Dr;Oz. Comment interpréter, un monde universitaire hermétique. Or, Montaigne disait qu’il développait une philosophie « impréméditée et fortuite » : il invite le lecteur à essayer lui aussi sa pensée – sans la résoudre – à la lecture des Essais, et à produire des sens « imprémédités et fortuits » que l’auteur lui-même n’avait pas forcément anticipés. Il y a donc chez lui une forme d’appel à un acte de lecture libre, une aventure de pensée qui est proposée au lecteur, qui va pouvoir compléter un texte à jamais inachevé en développant des sens inédits ; et c’est ce que fait J. Karsenti, à la fois fidèle et déloyal, en digérant à son tour Montaigne comme un termite subversif attiré par la masse de connaissances que charrie une œuvre encyclopédique. Montaigne est une figure paternelle, maléable d’un jeu infini.

Or, par ce jeu digestif, l’artiste met en valeur le parallèle qu’on peut établir entre l’époque de Montaigne et la nôtre : par l’imprimerie pour l’une, par Internet pour l’autre, toutes deux font face à un afflux considérable d’informations qu’il faut gérer, organiser, par rapport auxquelles il faut se situer, et décider comment les utiliser. Ce qui peut nous rapprocher des hommes du XVIe siècle, c’est cette confrontation à des masses énormes d’informations, cette démultiplication des médias et des moyens de s’informer. Montaigne a mis au point sa propre stratégie, en invitant à exercer sa pensée de manière critique, en proposant une démarche de pensée, une manière d’approcher les croyances et les choses auxquelles elles réfèrent en entretenant toujours la possibilité qu’elles soient autrement. Karsenti, lui, a élaboré une autre parade, tout aussi anti-dogmatique et tout à fait montaignienne précisément parce qu’elle ne l’honore pas comme un maître à penser, une idole canonique. JK lit Dominique Brancher, qu’il digère par les enzymes du regard amoureux, passionel. Jusqu’à une impossibité relationelle puisque dévoilée? Le voile de la pudeur, est-il un leurre, une construction mentale, construite qui nous éloigne d'une piste plus pragmatique, celle d'un sentiment impossible à vivre, protégé dans un monde universitaire, où l'émotion est proscrit, tabou, encore attachée à une origine protestante, c'est à ce travail d'une folle enquête que nous assistons. Ce n’est pas Montaigne que lit JK, mais la première digestion de sa compagne. DB femme singulière, qui vit au rythme de Montaigne, a ingurgité la connaissance, écrit articles, donné cours magistraux, participé à des colloques, scènes de la vie quotidienne, JK transcrit la peau de sa compagne engloutie dans l’étude de son auteur fétiche. JK donne une voix aux phénomènes qu’il apperçoit par l’Opéra, Théatre, Poésie, Essais, Glossaire, Auto-fiction. DB devient un personnage de théâtre Mayy, ou d’opéra lyrique Alysse.

  • Les neuf parties

Poutresse est la traduction visuelle d’un amour, et permet à l’auteur de s’ouvrir à lui-même. Cela s’articule en neuf parties. Le ‘Prologue’ et ‘Ant’ (« être hanté ») constituent une première partie introductive guidant vers les différents chapitres, constituée en son début par les aquarelles sur un livre original de Maurice Maeterlinck, La vie des termites.. ‘Alysse’ est un second temps plus élégiaque faisant face au prologue, et assemblé en feuillets sur la couverture que l’on découvre horizontalement. Le lecteur est ensuite invité à tourner l’objet à 90 degrés pour accéder au corps principal dans sa verticalité et y découvrir la pièce de théâtre, dont le titre donne le nom à l’œuvre entière : ‘Poutresse’. Dans cette partie faite de textes et d’images, et dont certaines pages sont pliées, est aussi glissé un enregistrement sonore. La fusion du texte et des compositions tonales offre un souffle et une ponctuation au travail de désarticulation de la connaissance et du langage. Une quatrième partie intitulée ‘Rêv/hers’ est une composition graphique et poétique qui fut élaborée en Inde. Elle s’inscrit sur un poster inséré à la fin de la pièce de théâtre. A nouveau, le lecteur est invité à retourner le livre à 180 degrés pour y découvrir la parodie de la thèse sur la pudeur de Dominique Brancher (Équivoques de la pudeur. Fabrique d’une passion à la Renaissance, Genève, Droz,

 

  • Les livres cadenas. 12 cm x 3.5 cm. Ces deux livres se clipsent dans les deux coouvertures de chaque côté du livre.

  • Prologue & ANT. 18 cm x 12.5 cm.

  • Alysse. 18 cm x 10 cm. 

Alysse est une poésie élégiaque ponctuée de dessins. La verticalité du texte est troublée par une perspective déformée. Le dispositif d’anamorphose rétablit l’horizontalité des lignes lorsque le livre est observé sous un certain angles, qui se déploie au début du recueil puis laisse place à une forme graphique de plus en plus épurée.

  • REV-Hers. 52 cm x 38 cm déplié ; 9,5 cm x13 cm plié.

Le poster Revhers est imprimé en sérigraphie, il établit le lien entre les ouvrages de la couverture avec ce qui suit (Poutresse) rappelant l’inversion du rêve de la femme au cœur du poster.

  • POUTRESSE. 24 cm x 17 cm.

Livre-cathédrale, pièce de théâtre, constitué de 13 feuillets de 16 pages.

  • Equinoxes de la stupeur. 24 cm x 17 cm.

Digestion de la thèse de Dominique Brancher, Equivoques de la pudeur. DROZ, 2018. Ouvrage constitué de 6 feuillets de 16 pages, percé (trait rouge). Feuillets disposés en gradins.
Intitulée ‘Equinoxes de la stupeur - Fabrique d’un don du soin’, cette septième partie éditée en partenariat avec Dr;Oz Genève, est littéralement trouée en gradins d’un théâtre de dissection permettant d’observer ce qui n’a pu être dit dans la thèse. Le lecteur pénètre plus encore les mots et plonge dans leurs entrailles. En quatrième de couverture, des livrets conçus sur le principe de ceux de la couverture réunissent ‘Le tracé des cils’, sixième partie conçue comme un poster et marquée par la présence de Michel Jeanneret, et la septième partie, ’l’Eclopédie’, un glossaire de mots inventés. Poutresse est donc non seulement un jeu visuel mais aussi une rencontre physique, redonnant corps aux mots et offrant une expérience dynamique et polyphonique au lecteur. Le livre se clôt sur une image de la façade de l’Antheater. La huitième et neuvième partie sont constitués par des livres cadenas qui tiennent le corps de l’ouvrage. Ce sont des livres allongés, de petits formats, qui introduisent le tout, à travers une parodie du monde du livre.

  • Le tracé des cils. Poster, 50x70 cm déplié ; 10 cm x 15cm plié.

Le recto se compose de la sérigraphie d’un dessin. Au verso, un poème. Cet objet reprend le principe graphique du magazine MOTS SLOW développé par J. Karsenti depuis 2013. Le poème est accompagné par un texte de Michel Jeanneret, ekphrasis de la performance réalisée avec Saskia Edens à Art Genève en 2019, et d’un poème de Dominique Brancher. Un opéra de Ken Shakin, actuellement en cours de composition, complètera la lecture des poèmes.

  • L’éclopédie, Cru D’idées, le glossaire. 13 cm x 17 cm.

Il s’agit d’un glossaire qui rassemble plusieurs centaines de mots inventés, tordus, transformés. Dans la dernière partie du livre-cathédral, le glossaire prend forme grâce à un système graphique dont l’erreur systématisée (décalage de couleurs réalisé lors du second passage d’impression) guide le lecteur vers l’identification d’un trouble et de distorsions de la langue en cours. Grâce au jeu visuel réalisé par les moyens d’impression, le lecteur peut prendre part au processus d’imagination. L’inventivité du contenu des mots (par exemple « absourde », « arcdouté », « cleftomanie ») tout en offrant toute liberté au lecteur de savourer indépendamment le champ graphique du grand recueil. 400 mots.

Fiche technique

LE COMTEXTE 4. POUTRESSE.
Auteur, peintre, direction artistique : Jérôme Karsenti
Auteurs invités: Dominique Brancher, Michel Jeanneret, Alain Legros, Ken Shakin
Editeurs: Dominique Brancher, Slaven Waelti
Editions: Hand Art Publisher / Dr;Oz 
Mise en livre : Benoît Ferran
Langue : FR / UK
Traduction : Wendy Giardina
Format : 17x24 cm fermé
Impression : Offset, sérigraphie
Papier : Arcoprint Milk. Fregoni paper. 90gr.
Reliure : broché, cousu
Couvertures : deux parties en miroir constituées de feuillets assemblés en gradins. Les parties sont maintenues l’une à l’autre par 2 livres cadenas aimantés.
536 pages.



HAND ART PUBLISHER

Hand Art Publisher, est une maison d’édition indépendante fondée en 2013, par Jérôme Karsenti avec la publication de la revue MOTS SLOW, (fig. 1-2) en sérigraphie, articulant sciences humaines et art.
Le contexte POUTRESSE

Depuis 14 années, Jérôme Karsenti travaille à un ouvrage conséquent, la réunion billingue de 9 livres en un seul, un carburant, une cathédrale: Poutresse, (fig. 3), une synthèse de pratiques – danses, théâtres, opéras, poésies, peintures, gravures, photographies, symphonies, musiques, sciences humaines ou dures, étymologies, circonférences, reliures, graphisme, architectures, langues, linguistiques, coutures… – 

Comment des termites, absorbent, digèrent et batissent la connaissance. Les livres savants restent le plus souvent captifs d’un petit cercle de spécialistes. Jérôme Karsenti, a lu Perpetuum Mobile de Michel Jeanneret publié chez DROZ pour en donner sa propre version chez Dr;Oz. Un public découvrira comment sa version en Mobile Homme reconfigure PM.


L’album ANTHEATER (fig. 6), vinyl 33T, en collaboration avec Mathieu Sylvestre, enregistré après la construction du bas-relief (fig. 0), voix-guitare est une musique du ventre. Peut-on tout dire du ventre ? L’auditeur assiste à la migration d’une obsession vers l’abdomen, seul lieu possible de construction du corps.

Entouré de terres, de forêts, le siège d’HAND ART PUBLISHER est situé dans le Piémont Italien, dans une maison-sculpture construite par JK, en miroir avec le travail sur Poutresse, où la connaissance s’échange, se rend étrangère à elle-même, se divertit, se corrompt, pour donner lieu fin août à un « event » Cassa Chiusa. C’est un projet d’art total moins un : la Gesamtkunstwerk, cher à Wagner, et au Black Montain College. Au updn College Les artistes, conférenciers invités y sont nommés, au titre de Drrr. La connaissance a été captée par les universités, et internet a éclaté celle-ci, la réunir sous quelle nouvelle étrangeté, dans quelle nouvelle digestion ? Il s’y consacre les triturations d’art, enseignements, concerts, lectures, tribunes improvisés dans le théatre sur-place: l’Antheater.


Cette expérience donne lieu à des enregistrements sur cassettes redessinées en forme de tuiles produites et distribuées par le label .ARKSIDE RECORDS et à de nouvelles publications de la revue MOTS SLOW en sérigraphie.